Free Business Joomla by Review Justhost

 

Louise Coderre

 

Madame Louise Coderre, orthophoniste (1936-2014)

 

Une grande page de l'histoire de l'école d'orthophonie et d'audiologie de l'Université de Montréal et de l'orthophonie au Québec a été tournée au début 2014 avec le décès de Louise Coderre, grande dame de l'orthophonie, disparue le lundi 13 janvier 2014.
 
Toujours soucieuse de la qualité des services et de la transmission des savoirs, Louise Coderre a été parmi les pionnières de la profession et de la réadaptation au Québec. Succédant à Germaine Huot, elle a œuvré aux côtés du Dr Gustave Gingras, pour contribuer à l'aménagement du service d'orthophonie de l'institut de réhabilitation de Montréal, sur la rue Darlington, bâti en 1962. Elle y fut orthophoniste clinicienne et chef de service jusqu'en 1976.
 
Diplômée de la première promotion d'orthophonistes de l'Université de Montréal, première école universitaire d'orthophonie au Canada, elle fut la directrice des études en orthophonie et audiologie de 1966 à 1996 et a présidé durant toutes ces années à l'évolution de l'école du statut de composante de département de réadaptation jusqu'au statut d'école autonome dans la hiérarchie universitaire.
 
Madame Coderre détenait le grade de professeure universitaire émérite de l'Université de Montréal.
 
Madame Coderre fut également de toutes les initiatives et de tous les comités des premières années des mouvements associatifs en orthophonie au Canada et au Québec. Elle fut honorée par l'Association canadienne des orthophonistes et des audiologistes, par le Conseil interprofessionnel du Québec et l'Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec a créé en 2001 le prix Cardozo-Coderre pour souligner la contribution à la profession de Louise Coderre et Mary Cardozo, pionnières de la profession. Ce prix visant à reconnaitre l’engagement social et préprofessionnel chez un étudiant finissant en orthophonie ou en audiologie a été institué en reconnaissance de l’engagement professionnel et social exceptionnel démontré par Madame Louise Coderre tout au long de sa carrière
 
Toutes les orthophonistes et les audiologistes ainsi que nos professions lui doivent beaucoup.
 
 
 
Nous vous invitons ici-bas à exprimer votre témoignage et vos sympathies, que vous ayez côtoyé directement Madame Coderre comme collègue ou seulement à titre d'étudiant sous sa direction à l'école. Les témoignages peuvent être rendus par toute personne qui veut les exprimer, pas seulement les membres de la profession et pas seulement les membres de ce Forum. Cette page témoignage restera sur ce site en hommage à cette grande dame. SVP, toute personne qui a connu Madame Coderre peut écrire son témoignage ou message de sympathie en cliquant sur "Post Message" en bas à gauche de la présente page, puis en faisant défiler la page vers le bas et en remplissant les champs du court formulaire. La famille et les amis de Madame Coderre les recevront avec beaucoup de réconfort et de gratitude; l'ensemble des messages leur est remis.
 
Comme Marie Julien l'annonçait aux funérailles le 1er février, tous vos témoignages et hommages seront compilés, mis en page et publiés dans un livre d'or dont la préparation a été confiée à Danièle Archambault, phonéticienne et professeure qui a enseigné à plusieurs d'entre nous la phonétique expérimentale à l'Université de Montréal.
 
Pour permettre d'enrichir la publication et en même temps de mettre en branle et concrétiser le projet, nous voulons demander à toutes les personnes qui n'ont pas encore déposé leur mot de le faire et ce, avant la date limite du lundi 17 février prochain, à minuit (dans la nuit de lundi à mardi).
 
Attention: il est préférable de composer votre texte au préalable pour ensuite simplement le copier et le coller dans le formulaire, autrement, on risque que la session soit expirée si la rédaction du texte a pris plus de quelques minutes, votre texte serait alors perdu.
 
 
 

Post Message
 


Nathalie Morin ( This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. ): Sympathies

Je joins ma voix à celles de mes collègues orthophonistes pour saluer l'engagement indéfectible de Madame Coderre dans la formation de professionnels de l'orthophonie capables d'être centrés sur l'humain et sur les sciences de la communication humaine. J'ai eu la chance d'échanger avec elle concernant non seulement l'orthophonie et ses multiples facettes, mais aussi ses intérêts pour les arts. Je me rappelle avoir été impressionnée par l'étendue et la diversité de ses connaissances. Son écoute et son humanisme ont donné le ton à maints ajustements entre les étudiants et les professeurs, notamment lors de la refonte du curriculum implanté tout juste avant mon arrivée à l'ÉOA. 

À la famille et à ses amis proches, j'offre mes sympathies sincères.


2014-01-23
Nicole Leman Vandervoort ( This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. ): Sympathies

Oui, en effet, Louise Coderre est une personne qui a touché la vie de plusieurs orthophonistes au Québec! J'ai obtenu une maitrise en orthophonie à l'Université de Montréal dans les années 60. Quand j'ai quitté le Québec pour aller vivre aux États-Unis je suis restée en contact avec elle. Dans mes souvenirs, elle demeurera toujours un exemple de dévouement à son travail d'enseignante, de clinicienne et de directrice du service d'orthophonie !

Nicole ( de Chicago ) 


2014-01-22
Jean-Luc Nespoulous et Pierre Ferrand ( This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. ): Souvenirs de Louise Coderre depuis la Fance

Souvenirs de Louise Coderre  depuis la France

 

Jean-Luc Nespoulous, Professeur Emérite, Université de Toulouse & Institut Universitaire de France

&

Pierre Ferrand, Président d’honneur de la Fédération Nationale des Orthophonistes

 

J’ai rencontré Louise Coderre en 1974, il y a exactement 40 ans, lors de ma première mission au Québec. André Roch Lecours, dans le laboratoire duquel j’étais venu passer 15 jours, m’avait proposé de la rencontrer. Cette rencontre eut lieu dans le Pavillon Marguerite d’Youville qu’elle me fit visiter avec Michèle Bergeron. D’emblée, je fus frappé par l’énergie et la passion qui l’animait. Elle rentrait d’un séjour à l’Hôpital de la Salpétrière où elle avait rencontrée Blanche Ducarne, considérée alors comme l’orthophoniste française la plus experte dans le domaine de la rééducation de l’aphasie. Elle souhaitait développer ce champ à Montréal en étroite collaboration avec le Pr. Lecours. Etant alors chargé de cours à l’Ecole d’Orthophonie de l’Université de Toulouse, je ne manquai pas de parler d’elle à différents collègues et orthophonistes toulousains.

 

Quelques années plus tard, Pierre Ferrand, alors Président de la Fédération Française d’Orthophonie, faisait à son tour une mission à Montréal où Louise Coderre était devenue Directrice de l’Ecole d’Orthophonie et Audiologie de l’Université de Montréal.

Se développèrent alors plusieurs contacts franco-québécois dont un point d’orgue fut le congrès scientifique « Communiquer demain », organisé par la F.N.O à Toulouse, à l’automne 1983. La délégation québécoise y était importante, Louise Coderre en tête.

 

Lors des années passées au Québec par la suite, je rencontrai Louise à maintes reprises et elle me fit l’amitié de m’inviter plusieurs fois à déjeuner pour « prendre mon avis », disait-elle, sur telle ou telle orientation qu’elle souhaitait donner à l’Ecole.

 

Elle était appréciée de toute la communauté académique pour sa compétence, son dévouement et son humanité. Elle sera regrettée par tous.

 

Ayant annoncé à Pierre Ferrand le « grand départ » de Louise Coderre, il écrivit aussitôt le texte ci-dessous :

 

 

J’ai fait la connaissance de Louise CODERRE à Montréal, en 1980, au cours d’une mission organisée par André Roch-Lecours et Jean-Luc Nespoulous. A cette époque- là, les orthophonistes français, au sein de leur Fédération Nationale (FNO) réfléchissaient à la mise en œuvre d’une réforme de leurs études qu’ils jugeaient incomplètes. La Formation de nos collègues québécoises étant réputée riche et innovante, le thème de ma mission fut  de comparer  l’enseignement et la pratique de l’orthophonie entre nos deux pays.

Accueilli chaleureusement par Louise, je vécus une semaine très chargée et remarquablement organisée par elle: réception à l’Hôtel-Dieu,  visites d’hôpitaux et d’écoles, rencontres de nombreuses orthophonistes, échanges avec les responsables de la Corporation Professionnelle des Orthophonistes et Audiologistes du Québec, débats  sur les diverses pratiques, etc…

J’ai pu découvrir le rôle que tenaient nos collègues dans les classes d’accueil d’immigrants, l’intégration des enfants sourds dans le système scolaire, la prévention et le dépistage  des divers troubles du langage chez l’enfant.

Par ailleurs, Louise m’a permis de rencontrer  des personnalités attachantes telles que  John Dudley , Michèle Bergeron, Caroline Cronk, Yves Joanette, notamment.

A la fin de chaque journée, Louise me consacrait le temps nécessaire pour « faire le point »   avec précision, cohérence et grande générosité. Ses conseils me confortèrent dans notre volonté de concrétiser, dès mon retour, nos projets touchant à la Prévention,  à l’obtention d’une réforme des Etudes, à la définition et la reconnaissance de nos compétences, à la mise en forme d’une démarche de Recherche et autres initiatives qui se réalisèrent, en fait, au début des années 80.

En fin de séjour, la réunion de synthèse animée par A. Roch-Lecours devait déboucher  sur la nécessité de développer ces échanges par l’organisation d’un grand Congrès franco-québécois, en France au cours des années 19 82/1983.

Ce projet se réalisa effectivement les 7/8/9 et 10 Octobre 1983, à Toulouse, sur le thème « Communiquer demain », honoré par la présence d’A. Roch-Lecours et de  Louise Coderre.

Louise y présenta une communication intitulée  « Approches contemporaines à l’intervention Orthophonique». Exposé magistral, clair, didactique et surtout visionnaire.

Après avoir rappelé l’historique  des différents modes d’approche de cette intervention dans les milieux anglo-saxons citant, d’une part l’influence de la linguistique générative  et de la psycholinguistique et d’autre part celle de  « la psychologie behavoriale », Louise Coderre a présenté avec brio le modèle de Bloom et Lahey (1978) sur « la compétence langagière », interaction des 3 composantes  « forme, contenu, utilisation », modèle que tous les orthophonistes de France connaissent maintenant et qui sert encore de nos jours de référence théorique et méthodologique dans beaucoup de travaux de recherche et nos actes thérapeutiques.

Et puis …Louise nous apporta ce courant de fraîcheur qui vivifia la réflexion et l’action des orthophonistes français : la Pragmatique ! Cette approche était peu connue en France et un véritable enthousiasme naquit  chez nous  lorsque Louise affirma : « La pragmatique  se définit comme la science qui s’intéresse à qui dit quoi, à qui, comment, pourquoi, à quel moment et dans quelles circonstances, elle conduit à redéfinir les interventions en fonction d’interactions conversationnelles naturelles en présence de différents interlocuteurs et dans des contextes situationnels divers » !

A l’instant, Louise Coderre, par la force de sa conviction et la maturité de sa pensée, apportait aux orthophonistes de ma génération, une synthèse éclairée et totale de notre démarche clinique !

Enfin, Louise interpella l’avenir : « La formation d’un orthophoniste possédant des connaissances scientifiques solides, aux assises larges, d’un orthophoniste à l’esprit  critique et créateur, peut s’allier harmonieusement à celle d’un orthophoniste à l’écoute des  personnes atteintes de troubles de la communication et de ceux de la communauté dans laquelle elles vivent…L’orthophoniste de l’avenir devra être préparé plus que jamais à se poser des questions, à avancer des réponses à ces questions puis à s’en poser de nouveau . »

Voici 30 ans que ces propos ont été tenus, ils sont toujours d’une actualité émouvante !

Louise Coderre, femme généreuse, enseignante exigeante, chercheuse acharnée était aussi une visionnaire lucide et enthousiaste.

 

Merci chère Louise pour tout ce que tu nous as apporté.

Les Orthophonistes de France ne t’oublieront pas.

Tu restes présente dans notre esprit et dans nos cœurs.

Pierre Ferrand

Président d’honneur de la Fédération Nationale des Orthophonistes

19 Janvier 2014


2014-01-21
Josée Laurendeau ( This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. ): hommage et condoléances

Je désire rendre hommage à Madame Louise Coderre parce qu'elle a profondément marqué les professions d'orthophoniste et d'audiologiste. Pendant mes études à l'École d'orthophonie et d'audiologie de l'Université de Montréal de 1972 à 1976, cette orthophoniste de tête et de coeur s'est montrée disponible, accessible pour des rencontres et des discussions.  Elle savait inspirer de la fierté pour cette profession qu'elle aimait tant. 

J'offre mes plus sincères condoléances aux membres de sa famille et à sa fidèle amie, Michèle Bergeron.

 


2014-01-20
Claudine Godbout ( This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. ): Mes sympathies

Je me souviens que cette gentille dame a su me rendre a l`aise, moi, jeune neo-brunswickoise, qui se sentais si seule dans la grande ville de Montreal et dans cette grande universite. Que de souvenirs! Elle a ete accueillante et sympathique et elle fut tres appreciee par moi et les  autres etudiants.

Je veux souhaiter sinceres sympathies a sa famille et ses proches. Je leverai un verre a son souvenir.


2014-01-20
 
Powered by Phoca Guestbook